Essai de l’airbag moto Bering Protect’Air : entre satisfactions et inquiétudes

Voici un achat que j’envisageais depuis un certain temps déjà (voir mes articles précédents : celui-là et celui-ci), mais refroidi par le prix d’achat (900€) j’ai repoussé l’échéance… jusqu’à assister à un accident entre deux motos, un jour de balade dans le 78. J’ai vu le choc, le bruit des motos qui se percutent, les cris et la douleur.

Je suis rentré chez moi très mal à l’aise, ayant pris conscience brutalement qu’un accident est vite arrivé, et ceci même en ne prenant aucun risque particulier, en ne commettant aucun imprudence. Le destin est parfois d’un injuste difficile à supporter.

Hasard du calendrier, Bering a proposé récemment une promotion sur son airbag, rabaissant son prix de vente à 750€. J’ai foncé sur l’occasion et fait installer l’airbag Protect’Air Bering sur ma moto…

airbag moto bering

Voici mon test, après un peu plus de 1000 Km d’essai.

Présentation

L’airbag Bering Protect’Air est un dispositif de protection perfectionné (car sans-fil) pour motard en deux parties :

  • 2 capteurs + un boitier électronique montés sur la moto
  • le gilet airbag (équipé d’une pile classique 9V et d’une pile Lithium ER26500 C)

Toutes les informations et vidéos sur le site officiel http://www.bering.fr/airbag/

Voici quelques photos de mon gilet en situation réelle :

photo 2
Le gilet airbag Bering Protect’Air est discret sur un manteau noir !
Le gilet n'est pas très épais, il est même très fin sur sa face avant.
Le gilet n’est pas très épais, il est même fin sur sa face avant.
On aperçoit une légère bosse sur l'arrière du gilet, c'est dû à la présence de la mécanique (électronique, batteries, bonbonne de gaz)
On aperçoit une légère bosse sur l’arrière du gilet, c’est dû à la présence de la mécanique (électronique, batteries, bonbonne de gaz)
On ne sent quasiment pas le gilet une fois sur la route...
On ne sent quasiment pas le gilet une fois sur la route…

La moto, quant à elle, doit être immobilisée une demi-journée pour l’installation de l’électronique. Dans mon cas, c’est un technicien de Technoglobe (certifié par Bering) qui s’est déplacé au sein de la concession pour intervenir sur ma moto.

L’opération semble assez pointue, notamment dans phase « critique » d’appairage initial du gilet avec l’électronique embarquée sur la moto.

Voici les dispositifs installés sur la moto :

Le boitier de contrôle, avec la diode bleue qui s’allume en continu lorsque l’appairage avec le gilet est effectué (indirectement, cela signifie que tout est OK)
Le capteur de choc, disposé sur la jambe de fourche avant.
Le capteur de choc, disposé sur la jambe de fourche avant.

A noter, un autre capteur est installé sous la selle de la moto : il détecte les chutes et glissades. Il est fixé bien droit sur la fourche, proche du centre de gravité de la moto.

Le système airbag Protect’Air est garanti 1 an par Bering. Il est parfaitement compatible avec la majorité des motos et scooters du marché.

 A l’essai

Avant toute chose, il faut abandonner sa dorsale ou retirer de son blouson habituel la dorsale qu’il contient. En effet, le gilet est lui-même équipé d’une dorsale, en plus de l’airbag en lui-même. L’empilement des deux dorsales n’est pas du tout recommandé en cas de choc…

Le gilet Bering Protect’Air est très facile d’utilisation, il suffit en effet de l’enfiler, zipper la fermeture, l’ajuster en le tirant vers le bas afin que le cou soit bien protégé, et voilà ! Cela prend à peine 5 secondes. Bien entendu, il est important que la taille du gilet soit adaptée à sa morphologie, pour cela 2 tailles existent : S/M et L/XL, et qu’il soit bien réglé au niveau des sangles latérales. Tout cela est bien expliqué par les vendeurs et lorsqu’on achète l’airbag, des gilets sont disponibles à l’essai pour vérifier la taille qu’il nous faut.

Au démarrage de la moto, le système s’initialise.

En une dizaine de secondes (parfois moins), la diode bleue clignotante sur le système accroché au guidon devient fixe. C’est le signe que tout est OK, la moto et le gilet sont appairés.

Ensuite, même si les 2 ou 3 premiers voyages le gilet gène un peu (on le sent, cela fait comme un léger poids mort sur le dos) on l’oublie complètement, et l’on finit par ne plus pouvoir s’en passer.

A noter, un « détail » et pas des moindres, il est interdit de rouler avec un sac à dos lorsque l’on utilise le gilet airbag ! C’est donc toute une organisation à revoir sur sa manière de rouler, et là, les motards équipés d’une moto avec Top-Case ou bien les scootards disposant d’un scooter à coffre seront avantagés.

Pour ceux qui n’ont pas de Top-Case, vous pouvez toujours utiliser un filet araignée pour transporter vos sacs.

Autre motif nécessitant la révision de ses habitudes de motard, il faut penser à comment stocker et transporter le gilet airbag lorsque l’on n’est plus sur la moto ! Sachant qu’il ne se plie pas (la dorsale l’en empêche), il prend de la place ! Bering a eu la bonne idée de mettre une boucle en haut du gilet permettant de le suspendre facilement dans une penderie ou à un crochet au mur.

Au final, une fois qu’on a trouvé sa routine et ses habitudes, l’utilisation du gilet est très simple et peu contraignante.

Motifs d’inquiétude sur le gilet airbag moto Bering Protect’Air

On le sait, les airbags moto sont des produits jeunes. On peut penser qu’il sont toujours en cours de fiabilisation… En outre, la norme européenne n’est pas établie définitivement. Cela signifie que la qualité de la protection dépend de la qualité de sa conception initiale ; variable d’un constructeur à l’autre.

Après environ 1000Km d’utilisation, j’ai noté ces points d’inquiétudes par rapport à ce système :

Fiabilité du système électronique Bering Protect’Air

Il m’est arrivé, pas plus tard que la semaine dernière, alors que je roulais, d’avoir subitement deux diodes rouges inquiétantes apparaitre sur le boitier de contrôle au guidon.

D’après le manuel d’utilisation du gilet Protect’Air, cela signifie « défaut grave d’électronique »… ! Je n’étais donc plus protégé. Je me suis arrêté et ai redémarré trois fois ma moto pour tenter une nouvelle connexion entre la moto et l’airbag, mais sans succès. Je suis rentré chez moi avec les deux diodes rouges, et donc sans protection !

Une fois dans mon garage, j’ai pris cette photo :

Bering Protect'Air

Il n’y avait rien à faire, impossible de récupérer le système.

Le lendemain matin (et les jours suivants), je n’ai eu aucun souci : le gilet s’est bien appairé avec la moto et je n’ai plus eu du tout, et ceci jusqu’à aujourd’hui, le souci.

Voilà donc une mésaventure bien inquiétante.

Dans quelques jours Bering va inspecter mon système Protect’Air et voir s’il y a quelque chose à diagnostiquer.

La seule chose que je peux dire sur cet évènement c’est qu’il faisait une température élevée dehors (30 degrés)… Le Bering Portect’Air ne supporterait-il pas la chaleur ? Affaire à suivre… Si j’ai des infos, je les partagerai avec vous.

Potentiellement, cela signifierait qu’en été, l’airbag Bering n’est pas utilisable.

Info du 30/06/2014 : BERING me change en SAV les capteurs de mon système. Il y aurait un composant électronique quelque part qui ne supporte pas la chaleur. C’est en cours d’expertise côté BERING.
 

Durée de vie courte des piles intégrées au gilet

Le revers de la médaille de ne pas avoir de câble qui relie le gilet à la moto est bien entendu d’être dépendant des piles intégrées au gilet. Celles-ci alimentent l’électronique du gilet, et assurent la liaison radio avec la moto.

Le vendeur accessoiriste de la concession dans laquelle j’ai acheté le gilet Bering Protect’Air m’a avoué que Bering avait installé dans ses gilets des piles de piètre qualité obligeant certains clients à revenir en concession pour un changement de pile au bout d’un mois et demi seulement !!!

Désobligeant compte-tenu du prix d’achat élevé du gilet Bering Protect’Air (900€).

Encore heureux, Bering prend en charge en garantie le remplacement de ces mauvaises piles… Sachant que normalement ce n’est pas le cas ; la pile lithium coûte à elle seule 19€.

Habituellement, la longévité des piles du gilet est de 6 à 9 mois. Cela me parait être une autonomie raisonnable. En dessous, ce serait anormal et si cela doit être le cas, Bering aurait dû penser à un système à batterie que l’on rechargerait de temps en temps, comme un smartphone, sur prise USB.

Dépendance par rapport au gilet airbag

Comme vu plus haut, il faut abandonner la dorsale que l’on possédait déjà pour utiliser l’airbag Bering.

Qu’arrive-t-il donc en cas de panne du système airbag ? On se retrouve en culotte-courte ! Certes, le gilet est équipé d’une dorsale, mais si le système ne se gonfle pas en cas de choc, il n’assurera pas une bonne protection car il est trop lâche, pas assez collé au corps.

Bref, adopter le système airbag, c’est un peu mettre tous ses œufs dans le même panier pour assurer la protection de son dos. Cela crée une dépendance, et donc une inquiétude par rapport à la fiabilité du système. En roulant, on prend l’habitude angoissée de regarder très régulièrement si la diode est toujours d’un rassurant bleu fixe…

Conclusion

Même si j’ai été guidé dans ma décision par la peur de l’accident, je reste persuadé que les gilets airbags moto sont un très grand progrès pour la sécurité des motards et je ne regrette pas mon achat.

La protection, à la fois ventrale, dorsale et du cou, que le système procure est unique et sans équivalent.

Quelques points de fiabilité de l’électronique et d’autonomie des piles restent à surveiller attentivement (Bering ne garantit son Protect’Air qu’1 an seulement) mais, je le pense, ne sauraient remettre en cause la décision d’achat. Il y a toujours une part de risque à acheter un produit jeune et innovant.

Le prix est tout de même très élevé, espérons que dans quelques temps il ne dépasse plus le seuil psychologique des 500€… Ce serait le gage d’un déploiement massif.

N’hésitez pas à me contacter pour tout complément d’information.

——
Merci à Franck pour les photos.

5 commentaires

  1. Sébasstien

    Salut,

    Je viens apporter ma modeste contribution.

    J’ai moi aussi acheté le gilet Bering au mois d’Avril et j’ai comme toi le problème de diode rouge lorsqu’il fait + de 25°…

    Par contre ma pile à 4 mois et 6000km et fonctionne encore.

    Par contre le technicien de Technoglobe a eu la mauvaise idée de se brancher sur l’alimentation prévu pour l’alarme !
    Ce qui a eu pour effet de consommer du courant même lorsque la moto est à l’arrêt ( vu que l’alarme doit fonctionner même quand le véhicule est éteint).

    Je dois avoir un rdv rapidement pour qu’il revienne sur ce problème, j’en profiterais pour leur parler du problème de déconnexion lors des journées chaudes…

    Bonne continuation !

    Sébastien.

    • Franck

      Hello Seb, j ai le meme soucis, et apres investigation, la reponse de bering fut: « le pb est lie a un composant qui envoie une information d erreur non reelle en cas de chaleur ( d ou les diodes rouges) MAIS l airbag fonctionne toujours »
      J ai fait remarque que dans ce cas je ne pouvais pas savoir si l airbag avait un  » faux message » ou un reel probleme… et j ai demande ce qu ils comptaient faire. Reponse: rien
      J ai trouve cela hallucinant et extrement leger…
      Du coup je vais m expatrier au pole nord pour que ca marche mas faut que je me depeche vu le rechauffement climatique …;-)
      Bonne chance!

  2. JC

    bientôt un an avec l’airbag Bering, problème au bout d’un mois 1/2 avec les piles sur les 2 gilets (j’ai pris aussi pour le passager) elles ont été changées sous garantie. Celle du pilote vient de rendre l’âme ce matin , ça fait presque 10 mois et je fais 25 000 km , ça me paraît raisonnable
    pour la dorsale, j’ai gardé celle de ma veste moto et j’ai enlevé celle du gilet, je garde la protection de la dorsale et le gilet est plus facile à plier dans le top case
    j’ai aussi testé avec chute quasi à l’arrêt, le gilet ne s’est pas gonflé ce qui est normal
    plutôt content, pas eu le problème lié aux grosses chaleurs, même si le gilet tient chaud l’été

  3. Lisa

    Bonjour Franck,
    merci pour se témoignage, j’hésite entre l’achat d’un airbag avec cordon d’attache et électronique. Pourquoi as-tu choisis l’électronique ?

Poster un commentaire

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Powered by sweet Captcha