Les Deux-Roues

1- CHOISIR SON DEUX-ROUES

Vous avez décidé de passer au Deux-Roues ? Super ! Vous verrez le plaisir et la liberté que vous aurez. Réfléchissez à ces quelques points avant de définitivement arrêter votre choix sur une machine.

Existe-t-il vraiment un bon choix ? Je ne le crois pas. Cependant les questions à se poser peuvent être celles-ci :

  • Quelle sera l’utilisation que je veux faire de mon Deux-Roues : aller au travail tous les jours avec ? Plutôt l’utiliser le soir et le week-end ?
  • Est-ce que je veux faire de mon Deux-Roues mon moyen de transport principal ?
  • Suis-je prêt à accepter les contraintes liées aux Deux-Roues (froid, intempéries) ?
  • Et bien sûr, quel est mon budget ?

L’utilisation que je veux en faire : un deux-roues utilitaire ou de loisir ?

Le scooter est le grand gagnant des deux-roues à vocation purement utilitaire. Généralement très fiable, simple d’utilisation (accélérer, freiner), il aura également une capacité d’emport remarquable pour certains (par exemple, le Yamaha Xmax, possédant un immense coffre). De plus, la surface assez plane où l’on pose les pieds permet facilement de transporter un gros sac voire même une valise de type « cabine ». Je l’ai fait de nombreuses fois, transportant des amis à la gare SNCF, avec leur valise entre mes jambes. Dans ce cas, les genoux serrent bien l’objet transporté, et on n’y perd (pas trop) en stabilité.

L’immense coffre du Yamaha Xmax : deux casques peuvent loger.

 

C’est un avantage certain…

Cependant si l’aspect Loisir – ballade en dehors de la ville vous attire, le scooter va très vite atteindre ses limites, de part son moteur (exception faite des scooters de fortes cylindrées, bien entendu) et sa stabilité à allure élevée. Également la position de conduite, assise. Autant celle-ci est agréable et naturelle en ville, autant quand le rythme s’accélère elle devient inconfortable, le sentiment de ne pas bien faire corps avec sa machine se fait sentir et est gênant.

Les motos sont beaucoup plus rassurantes et agréables à piloter lorsque l’on sort de la ville. Moteurs puissants, une vraie boite de vitesse, des roues de plus grand diamètre et plus larges aussi assurant stabilité et maitrise de la trajectoire. On est là dans une autre catégorie.

Cependant les motos s’adaptent aussi à la ville, il n’y a pas un mais de nombreux types de motos (basiques, routières, trails…) chacune avec leurs caractéristiques propres, certaines toutes aussi faciles que des scooters. En fait, il y a beaucoup plus de diversité dans le monde de la moto que dans le monde scooter. Chacun pour ses goûts, sa culture motard, son budget et son expérience.

Les contraintes d’une vie à Deux-Roues

La météo capricieuse est une contrainte : la pluie, le vent, le froid, la neige… Tout ce qui est différent de « grand soleil et 25°C ».

Il est tout à fait possible de rouler toute l’année, je le fais bien, et je ne suis pas le seul. Il est simplement nécessaire d’investir dans un équipement adapté : gants d’hiver, manteau en textile imperméable, pantalon de pluie, etc…

Concernant le pantalon de pluie, je ne saurais trop vous conseiller d’acheter un « pantalon de golf » chez Décathlon : pour 30€ environ vous pouvez en avoir un ayant plusieurs épaisseurs et une imperméabilité parfaite. Hésitez avant d’acheter le modèle à 10 ou 15€… je l’ai testé et j’ai fini par le jeter car il n’était pas complètement imperméable.

Le casque est aussi très important. Les modèles modulaires permettent d’avoir une bonne étanchéité aux vent et gouttes de pluie lorsqu’ils sont fermés, tout en permettant une ouverture lorsque l’on évolue à basse vitesse par grande chaleur. Je ne recommande pas les casques enveloppants dits « Jets ». Le vent, le bruit, l’humidité : tout cela est projeté en permanence sur le visage. On s’en lasse très vite…

Dans tous les cas de mauvaise météo, il faut aussi et bien sûr adapter sa conduite et maîtriser la puissance de ses accélérations et freinage.

Le budget que je dois prévoir

Le budget d’un Deux-Roues ne peut se résumer à son simple prix d’achat. L’assurance est chère, plus chère qu’une voiture (avec un coefficient de 0,51, je paie 725€/an en Tout-Risque, avec 85€ de franchise). L’entretien est relativement fréquent : tous les 5-6000Km (ça peut aller vite quand comme moi on fait 1000 km par mois !). Egalement, l’équipement qui sera nécessaire au pilote n’est pas donné : comptez minimum 250€ pour un casque correct, 100€ une vraie paire de gant, 180€ un manteau textile adapté à la conduite d’un Deux-Roues, 140€ des chaussures renforcées…

Les motards s’équiperont en plus d’une dorsale, d’un pantalon renforcé. Nous reviendrons sur l’équipement vestimentaire dans d’autres articles.

2- LES PRINCIPAUX DANGERS A CONNAITRE

« Restez Motard à Moto » : campagne de sécurité routière

 

L’erreur est humaine et cela est lourd de conséquence lorsque l’on circule sur un engin sans carrosserie. Le risque corporel est en permanence présent sur un Deux-Roues, dès le plus petit accrochage.

La bonne nouvelle c’est que, lorsque l’on roule à Deux-Roues, des risques types ont été identifiés et peuvent donc être anticipés et du coup, on l’espère, évités, si tant est qu’on les a bien en tête :

  • Ne pas être vu ou être vu trop tard
  • Accélérer brutalement
  • Les changements de direction non-signalés
  • Les virages

Je vais tenter ici de développer chacun de ces points.

Ne pas être vu (ou vu trop tard)

A Deux-Roues, le bon sens prime. Avant chaque dépassement d’une voiture, assurez-vous que vous avez été vu par le conducteur. Sachez connaître les angles morts des véhicules : par exemple, rouler en parallèle d’une voiture, au niveau de la portière arrière : vous risquez de n’être absolument pas vu par le conducteur. Celui-ci pourrait donc à tout instant se déporter et menacer votre trajectoire. Cherchez en permanence le regard du conducteur qui vous précède dans ses rétroviseurs. Si vous voyez son visage = vous êtes bien placé.

Également, question de bon sens : les feux du Deux-Roues doivent fonctionner, et être remplacés dès qu’ils sont en panne. Les feux de position arrières et avants doivent s’allumer en permanence, tout comme le(s) feu(x) de croisement s’enclenchent automatiquement dès que le moteur tourne. C’est important de vérifier que les optiques sont propres, et en bon état. Plus l’on est « brillant » plus on a de chances d’attirer le regard d’un automobiliste.

L’accélération brutale

Le flot de la circulation urbaine est rythmée par une cadence qui lui est propre, évidemment imposée par l’engin majoritaire : la voiture. Tout véhicule s’éloignant de ce rythme, qu’il soit plus lent (un vélo) ou plus rapide (une moto, un scooter) subi un risque supérieur d’entrer en collision avec le flot général.

De même, on a tous tendance à penser que nos capacités de freinage, d’accélérations, sont les mêmes, quelque soit le véhicule que l’on possède. Ainsi, une voiture pourra imaginer avoir le temps de déboiter avant qu’un scooter ou une moto n’arrive sur elle, alors qu’en fait les capacités d’accélération du Deux-Roues mal-estimées par la voiture va entraîner une prise de risque et la nécessité pour le motard de freiner fort pour éviter l’obstacle créé par la voiture. Il est donc bon d’avoir à l’esprit cette notion : l’automobiliste n’a peut-être pas conscience de ma vitesse, ni de ma capacité à accélérer, faussant son estimation du « temps avant l’impact »…

Les changements de direction non-signalés

Si les motos ou scooters ont de bonnes capacités d’accélérations, les voitures sont de très bonnes « freineuses », elles peuvent, grâce à leur quatre roues, s’arrêter net sur une dizaine de mètre en agglomération pour éviter un danger particulier apparu devant elles. Lorsque vous suivez une voiture, faites attention à ce paramètre et gardez vos distances.

Essayez aussi de détecter les automobilistes peu sûrs d’eux, c’est assez facile à repérer : la trajectoire n’est pas toujours très droite, hésitante (regarde-t-il à droite et à gauche pour repérer un nom de rue ?), la vitesse parfois un peu faible par rapport aux autres usagers. Également : sa plaque d’immatriculation, peut-être cela est révélateur d’une personne qui « n’est pas du coin », bien que cela soit moins évident dans les nouvelles plaques. Tout de même, il est assez facile de voir un conducteur moins sûr de lui à un ensemble de petits détails. Là encore, gardez vos distances. Il est probable que dès qu’il aura trouvé là où il souhaite aller, il s’embarque sans hésiter vers la rue cherchée sans mettre le clignotant, pouvant alors vous couper la route et vous mettre en danger.

Les virages

Voici un point qui devient important lorsque l’on sort de la ville. Un virage peut être redoutablement traitre pour un scooter, une moto. La force centrifuge élevée qui apparait lorsque l’on entre dans la courbe peut inexorablement nous faire sortir de notre trajectoire et nous pousser sur l’extérieur du virage : le bas-côté ou bien la voie en sens opposé ! Ce phénomène empire dès que les conditions d’adhérence diminuent : pluie, gravillons au sol. Une seule méthode : adapter (réduire) sa vitesse, et si l’on transporte un passager, lui expliquer comment se comporter en virage (nous y reviendrons).

6 commentaires

  1. zani

    1; Choisir son 2 roues
    2. Les dangers à connaitre
    3. La conduite ou le pilotage
    Les gendarmes comptent sans doute parmi les motards les plus expérimentés sur route.
    La trajectoire, essentiel, la trajectoire! Une petite vidéo vaut mieux que de longs conseils.
    Motard depuis 1978, je roule maintenant en BMW K1200S et rien ne vaut d’anticiper une bonne trajectoire pour rester vivant.
    http://www.youtube.com/watch?v=C0TLfL2VEyI
    Bonne route!

  2. Nicolas

    Sympa ce site.
    Je suis en région parisienne et hésite à passer mon permis moto vu le danger. Ce serait pour aller au travail et en loisir. Pour les nouveaux motards en grande agglomération : comment vous sentez-vous ? vos débuts ? vos erreurs ? Est-ce vraiment si dangereux ?
    Merci.
    A+

    • Thomas (Webmaster)

      Salut, merci. Je trouve que compte tenu du problème (circulation énorme!) ça se passe plutôt bien. Les conducteurs de voitures font attention… A toi d’être très prudent et bien savoir te placer pour ne pas surprendre une voiture ou te faire piéger.

  3. ana

    tres bon site!
    Avez vous des problemes avec les capteurs sur la route qui ne vous detecte pas et le feu ne passe pas au vert?
    y a t il des solutions a ce probleme?

Poster un commentaire

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Powered by sweet Captcha